£0.00 (0)
Sélectionner une page

La majorité des services que nous utilisons au quotidien sont reliés d’une manière ou une autre à internet, et la place qu’occupe le web dans notre vie de tous les jours a pris une proportion énorme au cours des années passées. Lorsque ces services virtuels sont affectés d’une quelconque manière, cela peut avoir de grandes répercussions dans la vie « réelle », soit celle loin des claviers. Parmi les choses néfastes qui peuvent arriver, il y a les attaques informatiques, plus précisément celles qu’on appelle attaques DDoS.

Si vous avez déjà regardé des films et séries où des hackers sont mis en scène, comme la série Mister Robot, il se peut que vous soyez déjà familier avec le terme, ou bien il se peut que vous en ayez déjà entendu parler au moins une fois sur les réseaux sociaux. Certaines attaques qui ont visé des sites comme Twitter et Facebook, et qui ont mis ces sites hors-service pendant quelques heures voire plus, étaient des attaques DDoS. Les dégâts que ce genre d’attaques peut causer sur un serveur, un site internet ou une entreprise peuvent être incommensurables, pourtant, il peut être très facile d’en lancer une. C’est pourquoi on ne rappellera jamais assez qu’il est essentiel de bien choisir son hébergeur web.

Les attaques DDoS sont lancées par des hackers

Concrètement, qu’est-ce qu’une attaque DDoS ?

Le terme DDoS est un sigle anglais qui fait office d’abréviation pour Distributed Denial of Service. Il s’agit d’une attaque informatique qui vise essentiellement un serveur, un site web ou tout autre élément informatique similaire. Le principe de ce genre d’attaque est d’inonder la cible de paquets volumineux de données ou bien de requêtes en énorme quantité. En outre, un serveur, un site internet ou autre est conçu de manière à traiter chacune des requêtes qui lui sont soumises, et doit allouer une puissance de calcul donnée à chaque tâche.

Plus il y a de requêtes qui arrivent en même temps, plus il est nécessaire à la cible de répartir sa puissance de traitement de données parmi les différentes tâches simultanées. Quand celles-ci deviennent trop nombreuses, cela conduit inévitablement à un ralentissement du fonctionnement du serveur ou du site internet ou même à un arrêt temporaire, dépendamment de l’ampleur de l’attaque. Quand la cible d’une attaque DDoS est trop saturée, toute nouvelle tentative de connexion ou autre requête devient impossible, ce qui est un déni de service, comme l’indique le nom de l’attaque.

Une attaque DDoS vient d'un réseau d'ordinateurs

Comment faire une attaque DDoS ?

Il est généralement nécessaire que plusieurs unités ou nœuds soient utilisées en même temps pour pouvoir lancer une attaque DDoS de grande envergure. Le cas de figure le plus fréquent est celui où un hacker pirate un nombre important d’ordinateurs, et les infecte avec des virus informatiques afin de pouvoir en prendre le contrôle à distance en même temps à un moment donné. Ces ordinateurs sont appelés zombies, et le terme zombie est ici utilisé en raison du fait qu’ils servent pour une attaque informatique sans réellement s’en rendre compte.

Une méthode qui a récemment gagné en popularité est la technique du MemcacheD. Lorsqu’un serveur a besoin d’une quantité plus importante de mémoire cache que ce dont elle dispose, il lui est possible de se tourner vers un fournisseur de MemcacheD pour bénéficier de cela. Il se trouve que certains services de MemcacheD sont actuellement compromis, et les hackers s’en servent pour amplifier des paquets de données avant de les rediriger vers une cible. Avec cette méthode, il n’est donc même pas nécessaire de faire usage de botnets, soit des réseaux d’ordinateurs piratés.

Il existe également d’autres méthodes pour lancer une attaque DDoS, avec toujours le même principe de submerger le serveur ou site ciblé de requêtes. Il y a celles qui exploitent les faiblesses des couches réseaux, ou encore qui visent les applications abritées par le serveur, et qui submergent celles-ci.

Pourquoi une attaque DDoS est problématique ?

Les attaques DDoS sont menées contre des serveurs pour différentes raisons ; des activistes peuvent par exemple faire tomber un site dans le but de faire passer un message. Cependant, les intentions des personnes qui lancent ce genre d’attaques peuvent être bien plus sombres ; lorsqu’un serveur ou un site web se fait attaquer, cela mène à l’arrêt de tous les services qui sont fournis par celui-ci, or cela peut être désastreux, dans la mesure où ces services sont généralement importants pour les utilisateurs, mais aussi pour les fournisseurs.

Prenons l’exemple d’un site de vente en ligne ; une attaque DDoS signifierait la cessation des activités commerciales le temps que le serveur se remette de l’attaque, et entretemps, cela aura causé des pertes indirectes, mais aussi potentiellement sur l’image que votre clientèle a de vous. En effet, si une société n’arrive pas à assurer sa protection contre de telles attaques, ses clients peuvent craindre que leurs données sensibles, comme leurs informations bancaires, puissent trop facilement tomber entre les mains de hackers. En outre, ce type d’attaque peut aussi être utilisé de manière à fragiliser un serveur pour avoir plus facilement accès à son contenu. Pour plus d’informations, allez par exemple visionner les vidéos de Nicolas Laruelle pour Kim Communication  Il y donne pas mal d’astuces sur la sécurité des sites Internet.

Les solutions contre les attaques DDoS et la protection Arbor

Il est devenu une nécessité de mettre en place des systèmes de sécurité qui assurent la protection des serveurs et autre entités informatiques contre les attaques DDoS. En outre, certains hackers se font payer pour exploiter les failles de sécurité d’un système informatique, afin de mieux les déceler et remédier à celles-ci. Si vous faites passer un audit digne de ce nom à votre système de protection, il y aura moins de chances pour que celui-ci tombe facilement face à une attaque de déni de service.

Des compagnies comme Arbor proposent également des solutions plus que viables dans le domaine de la lutte contre les attaques DDoS. En outre, il est difficile pour un serveur de distinguer des requêtes normales et celles émises de façon malicieuse ; Arbor recourt à des alternatives comme les intelligences artificielles pour reconnaitre plus facilement une attaque, et donc de prendre rapidement la décision qui s’impose.

Différents ingénieurs et techniciens mettent leur travail de concert chez Arbor pour vous fournir une excellente protection contre les attaques DDoS, et les méthodes utilisées pour prévenir ces attaques ou lutter contre elles évoluent de jour en jour. En outre, les entreprises qui recourent à ce genre de solution sont bien moins affectées par ce problème en particulier.

Certains CMS tels que WordPress proposent leur propre service de protection contre les attaques DDoS ou plutôt, les attaques « brute force » (attaques de force brute), j’ai nommé « Jetpack Protect ».

Dans tous les cas, il suffit d’être conscient que ces robots et attaques existent pour choisir des solutions adaptées telles qu’un bon hébergeur Web, ainsi que les différents dispositifs de sécurité qui s’imposent. Pour cela, voyez par exemple du côté des solutions sécurisées proposées par Kim Communication & EasyHoster. Bonne écoute ! 😉